Urgence psychiatrique avec nécessité d’une prise en charge somatique (intoxication, blessure, altération de l’état général, etc)

CHU - Hôpitaux de Rouen Hôpital Charles Nicolle 

1 rue de Germont
76031 cedex

02 32 88 89 90

Accueil 24h/24.

Urgence psychiatrique avec présomption d’hospitalisation, sans nécessité d'une prise en charge somatique

Centre Hospitalier du Rouvray - Unité d'accueil et d'orientation (UNACOR) 

4 rue Paul Eluard
76300 Sotteville-lès-Rouen

02 32 95 18 33

Accueil 24h/24.

Urgence psychiatrique, sans présomption d’hospitalisation

Centre d’accueil et de soins psychiatriques Saint Exupéry (CASP)

272 route de Darnétal 
76000 Rouen

02 35 07 40 40

Accueil du lundi au vendredi, de 9h à 20h.

C.H du Rouvray 02.32.95.11.98
A+ / A-
La formation vous intéresse

La formation vous intéresse

 

 

Les Prérequis, modalités et délais d’accès: à l’intention des bacheliers et non bacheliers :

la formation

Les objectifs de la formation :

Acquérir les compétences pour répondre aux besoins de santé des personnes dans le cadre d’une pluriprofessionnalité.

Consulter le Référentiel de compétences 

Durée de la formation :

3 années de formation soit 2100 heures d’enseignement théorique et 2100 heures d’enseignement clinique (stage).

Consulter le Référentiel de formation

Tarifs :

le financement de vos études 

Contacts:
Pour nous contacter 
Méthodes mobilisées:

FORMATION THEORIQUE

Modalités pédagogiques :

Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux, travaux dirigés, travaux personnels (rédaction de mémoire, travaux guidés ou en autonomie...) et stages.

Les cours magistraux (CM) sont des cours dont le contenu est plutôt « théorique», donnés par un enseignant dans des salles de type amphithéâtre devant un public généralement nombreux.

Les travaux dirigés (TD) sont des temps d’enseignement obligatoire réunissant au maximum 25 étudiants. Ces cours servent à illustrer, approfondir et compléter un cours magistral en introduisant des données nouvelles qui peuvent être théoriques ou pratiques, à réaliser des exposés, exercices, travaux divers et à travailler sur des situations cliniques. Certaines matières nécessitent de majorer le nombre d’enseignements en TD afin de réaliser une formation au plus près des besoins des étudiants, visant l’individualisation des apprentissages par l’utilisation de méthodes interactives. Certains travaux pratiques nécessaires à la formation infirmière, certaines recherches, études, conduite de projets ou d’action pédagogiques entrent dans cette catégorie d’enseignement et peuvent nécessiter la composition de groupes encore plus petits.

Les travaux personnels guidés(TPG) sont des temps de travail où les étudiants effectuent eux-mêmes certaines recherches ou études, préparent des exposés, des écrits, des projets, réalisent des travaux demandés ou encore rencontrent leur formateur et bénéficient d’entretiens de suivi pédagogique. Ces temps individuels sont guidés par les formateurs qui vérifient si les étudiants sont en capacité d’utiliser ces temps en autonomie ou ont besoin d’un encadrement de proximité.

Les unités d’enseignement (UE). Les unités d’enseignement sont thématiques, elles comportent des objectifs de formation, des contenus, une durée, des modalités et critères de validation. Elles donnent lieu à une valorisation en crédits européens. La place des unités d’enseignement dans le référentiel de formation permet des liens entre elles et une progression de l’apprentissage des étudiants. Les savoirs qui les composent sont ancrés dans la réalité et actualisés. Du temps personnel est réservé dans chacune d’entre elles.

Les unités d’intégration (UI). Les unités d’intégration sont des unités d’enseignement qui portent sur l’étude des situations de soins ou situations « cliniques ». Elles comportent des analyses de situations préparées par les formateurs, des mises en situation simulées, des analyses des situations vécues en stage et des travaux de transposition à de nouvelles situations. Dans chaque semestre est placée une unité d’intégration dont les savoirs et savoir-faire ont été acquis lors du semestre en cours ou ceux antérieurs. Les savoirs évalués lors de cet enseignement sont ceux en relation avec la ou les compétences citées. Les UI doivent permettre à l’étudiant d’utiliser des concepts et de mobiliser un ensemble de connaissances. Le formateur aide l’étudiant à reconnaître la singularité des situations tout en identifiant les concepts transférables à d’autres situations de soins. La validation de l’unité d’intégration ne signifie pas la validation de la totalité de la compétence qui ne sera acquise qu’après validation de l’ensemble des unités d’enseignement de la compétence et des éléments acquis en stage.

Les études de situations dans l’apprentissage. Des situations professionnelles apprenantes sont choisies avec des professionnels en activité. Ces situations sont utilisées comme moyens pédagogiques, elles sont analysées avec l’aide de professionnels expérimentés. Les étudiants construisent leurs savoirs à partir de l’étude de ces situations en s’appuyant sur la littérature professionnelle et grâce aux interactions entre leur savoir acquis et celui des condisciples, enseignants, équipes de travail. Ils apprennent à confronter leurs connaissances et leurs idées et travaillent sur la recherche de sens dans leurs actions. L’auto-analyse est favorisée dans une logique de « contextualisation et décontextualisassions » et devient un mode d’acquisition de connaissances et de compétences. L’analyse des réalités professionnelles sur des temps de retour d’expérience en IFSI (laboratoire, supervision, exploitation de stage, jeux de rôle...) est favorisée. Une large place est faite à l’étude de représentations, à l’analyse des conflits sociocognitifs par la médiation du formateur, aux travaux entre pairs et à l’évaluation formative. Des liens forts sont établis entre le terrain et l’institution de formation, aussi les dispositifs pédagogiques et les projets d’encadrement en stage sont construits entre des représentants des IFSI et des lieux de soins et sont largement partagés.

La simulation en santé est une méthode pédagogique active et innovante basée sur l’apprentissage expérientiel et la pratique réflexive. Elle correspond à l’utilisation d’un matériel comme un mannequin ou un simulateur procédural, d’une réalité virtuelle ou d’un patient standardisé pour reproduire des situations ou des environnements de soins. Le but est de permettre aux étudiants de résoudre des problèmes des plus simples au plus complexes soit individuellement soit en équipe de professionnels. La simulation repose sur un principe éthique: « jamais la première fois sur un patient». Elle se décompose en trois phases: la réunion préparatoire, le déroulement du scénario de simulation, la réunion de bilan. La simulation invite à optimiser le partenariat entre les professionnels des services de soins et les formateurs. Cette méthode promeut une alternance ou méthode complémentaire à l’alternance traditionnelle stage/IFSI. L’étudiant peut en bénéficier soit au sein de l’IFSI soit au sein des services de soins quand elle y est développée

FORMATION CLINIQUE EN STAGE

Modalités pédagogiques

L’enseignement clinique des infirmiers s’effectue au cours de périodes de stages dans des milieux professionnels en lien avec la santé et les soins. Ces périodes alternent avec les périodes d’enseignement en institut de formation.

Selon la directive européenne 2005/36/CE :« L’enseignement clinique se définit comme étant le volet de la formation d’infirmier par lequel le candidat infirmier apprend, au sein d’une équipe, en contact direct avec un individu sain ou malade et/ou une collectivité, à organiser, dispenser et évaluer les soins infirmiers globaux requis à partir des connaissances et compétences acquises (1). »

Pendant les temps de stage l’étudiant se trouve confronté à la pratique soignante auprès des patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein des équipes professionnelles. Les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels utilisés dans les activités sont mis en évidence par les professionnels qui encadrent le stagiaire et par les formateurs dans les rencontres avant, pendant et après la mise en stage des étudiants.

Ainsi, les stages sont à la fois des lieux d’intégration des connaissances construites par l’étudiant et des lieux d’acquisition de nouvelles connaissances par la voie de l’observation, de la contribution aux soins, de la prise en charge des personnes, de la participation aux réflexions menées en équipe et par l’utilisation des savoirs dans la résolution des situations.

 Le retour sur la pratique, la réflexion et le questionnement sont accompagnés par un professionnel chargé de la fonction tutorale et un formateur. Ceci contribue à développer chez l’étudiant la pratique réflexive nécessaire au développement de la compétence infirmière. L’étudiant construit ses compétences en agissant avec les professionnels et en inscrivant dans son portfolio les éléments d’analyse de ses activités, ce qui l’aide à mesurer.

Modalités d’évaluation:

Les critères et modalités d’évaluation figurent dans le référentiel, pour chacune des unités d’enseignement (UE). Ce lien vous permet d’accéder à ces fiches.

Une charte d’évaluation énonce les droits et devoirs des différents acteurs. 

En stage, les tuteurs de stage évaluent la progression de l’étudiant au regard de l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers. 

Accessibilité aux personnes handicapées:

Situations de handicap